Pêche à la nymphe, l’avenir!

Pendant ces périodes climatiques très changeantes, nos rivières souffrent. Les successions de crues de plus en plus violentes, les sécheresses alarmantes atteignent nos cours d’eau et la population de truites qui y habitent. Cet état de fait semble inévitable, mais que vient faire ici la pêche à la nymphe dans ce contexte?
La pression de pêche est forte parfois, par manque de respect de la réglementation. Mais pas que, souvent en discutant avec mes collègues pêcheurs qui ne sont pas adepte du nos kill, la discussion est orientée sur le fait que ce jour-là, « ça n’arrêtait pas, je prenais plein de poissons, j’ai essayé de relâcher les petites, mais tu sais quand elles saignent, elles sont foutues ! » Ce constat est lié à une prise de conscience, mais le pêcheur se sent impuissant devant les dégâts qu’il occasionne. Donc, l’envie y est parfois de relâcher, surtout pour les petites bien sûr. il s’agit de pêcheurs souvent au toc qui sont dans la difficultés de gracier leur poisson car la truite a avalé cet appât bien malgré lui.
nymphe

nymphe

Lors de mes sorties, ainsi qu’avec les clients de Rêve de pêche Corse, tout poisson pris repart à l’eau, vivant et dans des conditions favorables à sa survie. Cela fait partie de la charte entre nous. Tous les pêcheurs n’ont pas cette démarche quand ils pratiquent leur loisir, et je ne vois pas le mal à garder quelques poissons pour une consommation en famille. Seul l’excès est vecteur de nuisance.
Pour en revenir à nos nymphes, cette pêche souvent utilisée par les moucheurs, ouvre de nouvelles possibilités aux pêcheurs qui utilisent des appâts. Rien de nouveau pour ceux qui connaissent bien la pêche, de grand nom ont depuis longtemps fait cela. L’intérêt de la technique est double et si cet article peut faire venir des vocations ou des changements dans les techniques pratiquées, j’en serai ravi. Un double intérêt dis ai-je. Oui, d’abord, bien pratiqué cette technique est redoutable et pas forcément que pour les pêcheurs à la mouche. En s’équipent d’une canne à l’anglaise on pêche à la nymphe au fil. Même équipement qu’un pêcheur de truite aux appâts naturels, sauf qu’il n’y a pas de plombs (moins nocif pour le pêcheur et l’environnement). Plus de vers nom plus, comme un pêcheur aux leurres vous avez votre canne en voiture des nymphes, et zou à la pêche !!!
Je délivre d’autres détails à mes clients en cours de cession, mais avec la pratique c’est très simple.
Et surtout et là je reviens au titre de cet article, c’est l’avenir car contrairement au toc, ici la truite n’avale jamais profondément. Ainsi tout poissons à condition de le remettre à l’eau avec le respect qu’il se doit, repartira sans suite pour lui.
Si je fais le compte, un bon pêcheur chez nous est capable de toucher lors des bonnes journées autour de 50 poissons. Avec cette technique, vous êtes sûr que même si vous en gardez quelques-uns, Au moins 40 poissons sont toujours dans l’eau. Vous multipliez ça par le nombre de sortie et le résultat est incontournable.
Regardez sur mon site Rêve de pêche Corse comment fonctionne cette pêche et essayez cette technique pour plus de plaisir et moins de culpabilité lors de vos sorties.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *