pourquoi arrêter l’alevinage avec des truites Atlantiques.

J’aimerais donner mon analyse sur ce sujet qui revient en ce moment dans les discutions des pêcheurs. mais pour çà il faut revenir dans le passé. dans les années 1970, 1980. A cette époque les rivières Corses souffraient encore plus que maintenant des braconniers utilisant des moyens dramatiques pour l’écosystème de nos cours d’eau. A cette époque, la politique de la fédération de la pêche était de donner à travers les AAPPMA des boites d’œufs, les alevins et autres moyens pour rétablir les populations de truites. Croyant bien faire, ces poissons issus de piscicultures et à la limite de poissons domestiques sont déversés dans les rivières ( comme partout en France d’ailleurs). On trouvait çà formidable, pourtant la réalité est différente. Les poissons introduit souffrent d’un manque d’adaptation au milieu. Effectivement sur le moment on retrouve du poisson, mais quand il s’agit de se reproduire, de tenir dans les conditions climatiques et environnementales de notre île, çà se complique. Et si l’on ne veut pas assister tout le temps la nature, il nous faudrait retrouver la souche d’origine. Le programme life truite arrive pour comprendre les erreurs du passé. La fédération à ce moment à reconnue ses erreurs. Puis d’autres polémiques ont surgit concernant quelle était la vraie truite Corse. En tout cas la truite Atlantique utilisé pour l’alevinage, il faut le savoir est une souche d’origine danoise qui franchement n’a rien à faire dans des rivières de Corse.

C’est pourquoi l’alevinage a été arrèté. Il y a de nombreuses années j’ai œuvré modestement pour les truites endémiques et ancestrales corses soient dans nos rivières. J’espère que le travail fait ne sera pas réduit à néant pour résoudre à court terme les catastrophes que nous avons subit. Nous savons maintenant et nous ne sommes pas les seuls que la réussite ce fait par une gestion patrimoniale. IL faut donc être prudent par rapport à l’alevinage. Il est parfois aussi dangereux pour des raisons sanitaires. Les problèmes sont identifiés, il faudra maintenant être unit dans les solutions.

Je donnerais les miennes:

Utiliser les réserves et donc les truites reconnues comme ancestrales pour ajouter des géniteurs sur les rivières touchées. (un comité de pilotage devra coordonner les actions et décisions).

Mettre en réserve certaines zones touchées et d’autres qui serviront de frayères.

Faire un travail de sensibilisation pédagogique des publics pêcheurs pour relâcher au maximum leurs truites.

Faire un travail en amont sur la sensibilisation des jeunes publics en cycle II et III dans nos écoles de Corse en partenariat avec les institutionnels environnementaux.

Je vous engage a vous rapprocher de votre AAPPMA.

Les choses avancent dans la construction!

guide pêche corse

pêche sportive

 

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *