Toc à la nymphe en Corse

guide pêche corse

Toc à la nymphe en montagne

La pêche au appâts naturels est actuellement de plus en plus tournée vers la finesse de la détection de la touche. En effet les techniques élaborées par mes pères, Pierre Sempe, Laurent Jauffret, Alphonse Arias et bien d’autres recherchent à présenter un appât le plus naturellement possible et le plus près possible du poste de notre truite. Le ferrage étant déclenché par la moindre variation ou détection de la dérive du bas de ligne.

La pêche au toc à la nymphe fonctionne sur le même principe. La différence principale étant quand même l’absence de plombée, si ce n’est la bille en tungstène sur la tête de l’hameçon. Très minimaliste, cette technique suppose quand même un matériel adapté.

Pour la Corse j’utilise une canne très légère à emmanchements avec une action progressive entre 3.20m et 3.90m suivant les rivières. Les nylons sont fluorescent avec un indicateur de touche entre 50 à 80 cm de la nymphe. Le diamètre doit être très fin pour le travail de la nymphe. En effet le toc à la nymphe, sans plombée donc, doit propulser à une longueur de canne en général cette petite imitation qui dérivera dans le courant. Suivant l’activité des truites il faudra s’approcher du fond en début de saison et c’est d’ailleurs à ce moment quelle est pour moi une alternative à la pêche à la mouche. L’avantage est ici de ne plus gérer les appâts. Hop! j’ai ma canne, 2 nymphes dans la voiture et c’est parti! Essayez! Au début on y croit pas, mais quand on voit les départs, le fil qui change de direction, c’est exceptionnel! En plus, les poissons ne seront pas blessés. La pêche aux appâts n’est pas à oublier, dans certaines conditions c’est un atout, mais j’aime bien ce côté minimaliste de la pêche sans boîte de vers. Les femmes adorent cette technique …

 

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *